AKAGERA "Serpente" Sortie le 11 octobre 2019 Label / Prado Records


23 juillet 2019

AKAGERA "Serpente" Sortie le 11 octobre 2019 Label / Prado Records

Expérimenté, expérimental, instrumental et viscéralement original, ce nouveau trio serpente aux confins d’un jazz farouche et joueur aux orchestrations totalement nouvelles. Imaginé comme un clin d’œil et un hommage à l’album AKAGERA, sorti en 1980 par le trio Humair, Jeanneau, Texier, ce nouveau trio a bien l’intention de creuser son propre sillon. En 1980, une tête de lionne et une tête de lion en arboraient la pochette, ici une peau zébrée en sera le l’étendard. Comme leurs illustres aînés, le Trio Akagera puise ses influences dans la musique africaine (Akagera est le nom d’une réserve naturelle au Rwanda, à la frontière tanzanienne) mais aussi dans le jazz et la musique contemporaine dite répétitive. Une batterie, un vibraphone et un marimba, un trombone, c’est l’ADN de ce projet canaille crée par David Georgelet, Benoit Lavollé et Stéphane Montigny. Jamais à court d’idées, ils ont décidé de présenter leur répertoire dans des conditions sonores inédites, en proposant un concert en son spatialisé 360°. Grace à la technologie du Spat Révolution développé par l’Ircam et FLUX, le public se retrouvera baigné dans un espace sonore en trois dimensions. Une expérience inédite dans le jazz et une toute première au studio de l’Ermitage.

LE PETIT MOT DU PATRON

« Il est toujours très agréable de recevoir un hommage et en particulier évoquant un Trio qui fut très marquant dans les années 80. En marge de mille une manifestations, grâce à Daniel Humair et avec François Jeanneau, nous avons composé une musique pour une série animalière réalisée par Gérard Vienne faisant découvrir, entre autre, des séquences jamais vues auparavant au plus près des gorilles qui se situaient, pour un grand nombre d’épisodes, dans les hautes collines du Rwanda autour de la source du Nil : AKAGERA. Quelle belle idée que d’appeler ce TRIO AKAGERA pour cette évocation d’Afrique particulièrement mise en valeur par une instrumentation très inhabituelle qui évoque tour à tour la musique de Jazz, les balafons, les trompes et les multiples percussions africaines...Les savanes, les forêts profondes et le « Pays aux mille Collines ». Un bien sensible voyage aux originales et primitives résonances. »

Henri Texier (2019)

DAVID GEORGELET

Batterie - Membre fondateur du quintet de Youn sun Nah qu’il a accompagnée pendant plus de 8 ans, il tient les futs du combo ethio-jazz Akalé Wubé (ethio jazz) et de Cotonote (funk) depuis leurs débuts, du quintet de Florian Pellissier, des trios avec François Chesnel avec Yoni Zelnik ou Pierre Durand. A joué ou enregistré avec Manu Dibango, Chico Buarque, Cheick Tidiane Seck, Girma Bèyènè & Mahmoud Ahmed, Arthur H, Anthony Joseph, Samy Daussat et Tchavolo Schmitt, Vincent Peirani, JY Dubanton & JC Laudat, Nico Gori, Sandro Zérafa...

BENOIT LAVOLLEE

Vibraphone/Marimba - A étudié les percussions classiques avant de découvrir le jazz et les musiques improvisées. On peut l’entendre avec l’orchestre symphonique d’Orléans, l’orchestre de la région centre, le collectif Paint Atonik, le septet Hobo Whistle de JC Cholet, le big band The Mallet Horn jazz Band, 4,5G/Richter mais aussi aux cotés des chanteurs Fred Metayer et Xavier Stubbe, C’est au sein du trio Lavollée-Dubreuil-Larmignat qu’il a reçu le 1er prix de soliste au 33ème concours national de jazz de La Défense en 2010.

STEPHANE MONTIGNY

Trombone basse - Spécialiste des musiques afro-colombiennes, on le retrouve aux quatre coins du monde avec la fanfare La Belle Image, Yapunto et les plus grands noms de la salsa. Il a étudié avec Glenn Ferris dans la classe de jazz du CNSM et à l’école des big-bands parisiens. Co-leader du quartet Le Monde de Kota et maintenant de Groov’Bones avec le bassiste Thierry Fanfant, il a joué ou enregistré avec Dionysos, Raul Paz, DJ Zebra, Oldelaf, Marcel Khalife, Din Rotsaka...

facebook-2429746_960_720.png (21 KB)

prado logo white-crop-u187.png (12 KB)